Mon pull Ordinary Love


actu, Blog / vendredi, mai 31st, 2019

… ou comment la simplicité s’est transformée en casse-tête !

Le modèle de NCL Knits

Pourquoi ce modèle ?

Jusqu’ici, je n’avais tricoté qu’un châle de Nadia, le Cosmic Girl que j’ai tout de suite aimé !
A l’automne 2018, Lilou a organisé une grande vente d’écheveaux à petit prix, et j’en ai profité pour acheter deux écheveaux de « rêverie », des teintures uniques qui ne sont pas reproductibles.

De jolis speckles bleus, verts, violets et jaunes sur base blanche… je pensais leur trouver un ami avec qui faire une marinière, ou en faire un châle. Un appel sur Instagram, et hop ! voilà Anne qui me propose le pull Ordinary Love ! Bingo ! ET en plus, elle me propose de le tricoter en duo ! C’était à l’époque des voeux laineux, et mon amie Hélène m’a offert le modèle : ô joie !

J’ai pas mal hésité pour le coloris des rayures. J’ai finalement opté pour le coloris Canary Bay de Sur la rive côté laine, un merino single sublime de mon stock ! (je sou encourage vivement à découvrir le très beau travail de Virginie !).

Avec Anne, nous avions convenu de tricoter ce modèle au printemps. C’est donc fin mars qu’il est arrivé sur mes aiguilles !

Parlons technique

Ordinary Love est un pull top-down, c’est à dire qu’il se tricote en partant du haut, vers le bas. Il se tricote de manière circulaire : pas de couture, on tricote en rond de haut en bas ! Des mailles sont relevées pour tricoter les manches en rond.

Il y a un jeu de texture avec le point mousse et le jersey. Les rayures apportent un peu de pep’s au tricot, tant visuellement que techniquement.

Mon gros challenge était d’utiliser la totalité de mes écheveaux car je savais que j’allais être juste pour ma taille.

Après avoir fait mon échantillon, j’ai décidé de tricoter en aiguilles 2,75mm, et de partir sur une taille M pour le col et L à partir du buste. En effet, ma carrure est plutôt étroite, mais ce n’est pas le cas pour ma poitrine, mes bras et ma taille ! (premier casse-tête, donc).

J’ai tricoté le corps, jusqu’à ce qui devait être la fin des rayures. j’ai mis mes mailles en attente sur un fil contrastant, et j’ai tricoté mes manches, avant de reprendre le corps et d’aller au bout de mes écheveaux. (Oups j’ai oublié de tricoter la bande de mousse du bas du corps en aller-retour !).

A l’essayage il était parfait ! 🙂

J’ai bloqué mon pull comme d’habitude : un bain tiède avec du Soak, essorage type rollmops en serviettes de bain, puis séchage à plat avec mes peignes de blocage de chez Knit Pro.

Et là, c’est le drame !

Une fois sec, je me suis empressée de l’essayer. Quelle déception ! Le col était bien trop grand, le pull ne tenait même pas sur mes épaules ! Impossible de le porter ainsi !
Il a beaucoup grandi au blocage, mais je pense que la partie en point mousse a encore plus grandi que le jersey :-(.

Je l’ai mis de côté, et attendu d’avoir une idée de génie, si possible en excluant le sèche-linge (car je n’en ai pas !).

De l’importance d’avoir des amis

Le week-end dernier, mon amie Stéphanie est venue à la maison, et je lui ai naturellement parlé de mon problème de pull. Stéphanie coud pas mal et tricote un peu, elle avait toutes les compétences pour trouver une solution !

Elle m’a proposé de créer des plis aux épaules, et d’y coudre un bouton, de manière à diminuer l’encolure.

Nous avons choisi les boutons, et je me suis mise à coudre les épaules.

Nous avons finalement choisi de ne pas ajouter les boutons, histoire de ne pas attirer l’oeil sur le pli et ajouter de la matière là où il y en avait déjà assez !

Et voilà le résultat !
(Merci Stéphanie !)

Au final, j’aime bien le porter, et j’aime qu’il soit bien long. Cependant, les épaules restent échancrées et il va être compliqué de mettre quelquechose dessous (sauf un débardeur blanc à bretelles spaghetti ou une chemise blanche!).
Donc comme sur les photos, je le porte directement sur la peau (ce qui est bien agréable !).

Je vous aurais bien mis plus de photos mais j’ai un souci technique :-(.

Et la tenue ?

Sur la photo, je porte ma brassière Debbie et mon pantalon Botanic (modèle Pauline y Alice) en double gaze. Le musée du confort pour les premières chaleurs !

N’hésitez pas à vous abonner à mon site pour être prévenu de la parution de mes articles !

A bientôt,
Laure

Une réponse à « Mon pull Ordinary Love »

Un petit mot ?