Mes 5 indispensables en couture


Blog / vendredi, mars 13th, 2020

Après plusieurs années de couture, j’en suis à ma 3ème machine à coudre, et j’ai essayé tout un tas d’accessoires. J’en ai découvert certains très récemment, en travaillant avec Raphaëlle de Ready to Sew, et je les ai adoptés. Laissez-moi vous présenter mes chouchous !

Le découd-vite

Mais pourquoi parler de ce qui fâche, si vite dans l’article ? Parce que, que ce soit au début de nos aventures couturesques ou en tant que couturière confirmée, nous avons toujours besoin à un moment ou à un autre de découdre. Si si ! Vous savez, cet ourlet qui n’est pas droit, ces coutures d’épaule pas alignées, ou encore cette parementure qu’on n’a pas réussi à sous-piquer?

Le découd-vite, c’est la base. Encore faut-il bien le choisir (avez-vous remarqué qu’il y en a des gros et des petits?) et savoir bien s’en servir.

J’en ai pour ma part plusieurs exemplaires. J’ai perdu tous les capuchons qui allaient avec, et j’ai fini par investir par celui de chez Bohin, qui ressemble un peu à une clé USB. Je l’ai acheté après l’avoir utilisé dans l’atelier de Raphaëlle. J’aime qu’il n’aie pas besoin de capuchon : quand les enfants rôdent autour de la machine comme c’est souvent le cas chez moi, c’est un aspect sécuritaire que j’aime bien.

Son prix : 3,99 euros chez Mondial Tissus.

La règle japonaise

Elle aussi je l’ai découverte chez Raphaëlle. Ce n’est pas une simple règle ! Elle est souple, ce qui permet de l’utiliser sur les mannequins de couture, mais en plus elle dispose de tout plein de graduations qui permettent de tracer des droites parallèles ou de bien vérifier si on est dans le droit fil. (Pour ce faire, calez-la sur le bord de la laine de votre tissu, et vérifiez que votre flèche indiquant le droit-fil soit bien parallèle aux repères sur la règle). Et ça c’est important. Un décalage de quelques degrés pourrait être dommage voire fatal sur certains modèles…

J’ai également acheté la mienne chez Mondial Tissus, au prix de 12,99 euros.

Le petit plus : elle existe en 2 longueurs, et le trou à une extrémité permet de la suspendre pour être bien rangée !

La craie / le stylo à friction

Avant, je faisais des crans au ciseau pour noter mes repères sur mes tissus. Mais quand on coud avec une marge de 1cm, on a vite fait de déborder et de faire une bêtise !

J’ai essayé une craie un peu grossière, pas très pratique ni précise. J’ai acheté des crayons (vous savez, ceux vendus par lot de 3 – rose, blanc, bleu- pas cher), mais le trait n’était pas assez marqué pour moi.

Les stylos, quant à eux, ont tendance à s’user rapidement.

C’est pourquoi j’utilise dorénavant une craie sous forme de porte-mine. Elle est absolument géniale ! La prise en main est facile, le tracé est net, et on sent que c’est de la bonne qualité de trace. Il faut l’essayer pour le croire, vraiment ! Je ne suis pas prête à changer de produit de sitôt ! (contrairement à la photo, j’ai eu des mines exclusivement blanches, bleues et rouges, ce qui ne me dérange pas).

Le petit plus : le taille-mine inclus ultra efficace !

Son prix : 12,99 euros chez Mondial Tissus

Les ciseaux

J’ai plusieurs paires de ciseaux à l’atelier. Il y a ceux pour le papier (deux paires), et ceux pour le tissu. Et là encore je distingue deux catégories : ma paire vraiment pour le tissu, et ma paire pour les similis, les entoilages, etc.

Mes ciseaux spécial tissu, ce sont des Fiskars dont je suis absolument ravie. Ils m’ont changé la vie niveau qualité de coupe ! Ce ne sont pas des ciseaux tailleur (qui coutent un bras et demi) mais ils sont terriblement efficaces et ont une grande précision.
Mes ciseaux à tout faire, ce sont des Ikea, que j’aime beaucoup aussi et qui font le job, mais pas aussi bien que les Fiskars. Par contre, leur lame est bien longue, et c’est fort utile.

Bonus : j’ai investi dans un aiguiseur de ciseaux (de chez Fiskars) et j’avoue que je ne m’en passerais plus ! Toutes les lames de la maison y passent régulièrement, et je vois la différence ! Je pense maintenant qu’une paire de ciseaux de moindre qualité peut vraiment être très améliorée grâce à l’aiguisage.

Leur prix : 21,95 euros pour les ciseaux (ceux que j’ai) et 11,50 euros l’aiguise-ciseaux chez Rascol.
Vous trouvez également une sélection de ciseaux fiskars (mes préférés, vous l’avez compris) chez Mondial Tissus.

L’aimant

Parce que je pose mes épingles sans cesse n’importe où. Qu’il y en a toujours qui trainent sur la table, près de la machine, sur la table à repasser, par terre… et qu’il est tellement plus simple de les ramasser en un passage d’aimant !

Le mien est en forme de fer à cheval, un peu comme celui-ci. Je le garde toujours près de ma machine à coudre. Il existe aussi des coupelles aimantées ou des petits accessoires jolis pour récupérer les aiguilles !

Voilà, vous savez tout maintenant sur mes indispensables couture ! Et vous, quels sont les vôtres?

à bientôt,

Laure


4 réponses à « Mes 5 indispensables en couture »

  1. A part la règle japonaise, j’utilise les mêmes instruments.
    Pour les ciseaux, j’en ai des petits pour couper les fils.

    Et mon « astuce » c’est surtout plein de petits pots pour jeter les fils ! Devoir chercher fait perdre du temps!

  2. Je rajouterai le sonomètre (je crois que c’est comme ça que ça s’appelle) un petit outil en plastique avec des encoche de 1, 2, 3, 4 cm qui est hyper pratique pour les faire les ourlets

Un petit mot ?